Le syndrome du repreneur – Préparer son Avant Inc ©

by | May 25, 2024 | Transfert d'entreprise

La reprise ou le transfert d’une entreprise est un projet complexe et il arrive que certains repreneurs soient confrontés à un ensemble de difficultés psychologiques et comportementales regroupées sous le nouveau terme de “syndrome du repreneur”.

Les éléments du syndrome du repreneur ©

Ce syndrome se caractérise par plusieurs éléments clés :

  1. Une vision idéalisée de la reprise: Le repreneur peut avoir tendance à surestimer la facilité de la reprise et à minimiser les obstacles potentiels. Il peut se focaliser sur les aspects positifs de l’entreprise et négliger les défis qui l’attendent.

Certains repreneurs sont déjà impliqués dans l’entreprise et dans les opérations, mais ne comprennent pas ce que c’est que d’être dans la stratégie. Il faut donc aligner le niveau de discussion. 

  1. Une dévalorisation des cédants/Relayeurs: Le repreneur peut remettre en question les compétences et l’expérience des cédants, les considérant comme dépassés ou inefficaces. Cette attitude peut nuire à la communication et à la collaboration indispensables lors de la transition.
  2. Une focalisation excessive sur l’avenir: Le repreneur peut être tellement concentré sur ses projets futurs pour l’entreprise qu’il néglige la gestion du présent. Il peut minimiser l’importance de comprendre l’historique et la culture de l’entreprise, ce qui peut mener à des décisions hâtives et inefficaces.

Il y a aussi un manque de reconnaissance de ce que les cédants/Relayeurs ont bâti. Le passé n’est pas à jeter aux poubelles, il faut construire sur cette fondation.

  1. Négligence de la phase de transition: Le repreneur peut sous-estimer l’importance et la pertinence de la phase de transition. Cette dernière est cruciale pour assurer la continuité et le succès du transfert. Il peut manquer de patience et vouloir précipiter les changements, ce qui peut aussi créer de l’incertitude et de la démotivation chez les employés.
  2. La pensée magique : Selon Cairn, «On utilise l’expression pensée magique pour désigner la croyance selon laquelle certaines pensées permettraient l’accomplissement des désirs, et aussi l’empêchement d’événements problématiques ou désagréables» sans efforts, comme par magie. 

Chez l’adulte, la persistance de ce type de pensée dénoterait un symptôme d’immaturité!

La pensée magique constitue une tentative d’échapper aux angoisses et aux conflits, du monde externe et du monde interne. Comme si l’acte de penser pouvait contrôler, expliquer et même changer la réalité.

La pensée magique est aussi une une manifestation de l’EGO. Penser que ce sera simple, ne pas se préparer et ne pas mettre l’effort dans quelque chose est aussi une manifestation de l’EGO plus subtile, mais bien présente. C’est aussi un signe d’immaturité professionnelle que de penser qu’un processus sera simple et que la préparation n’est pas nécessaire. 

Les conséquences du syndrome du repreneur

Le syndrome du repreneur peut avoir des conséquences sur le processus de transfert, telles que:

  • Des relations conflictuelles avec les cédants/Relayeurs et les employés
  • Des décisions stratégiques mal éclairées
  • Une perte de temps et d’argent
  • Un sentiment pour le repreneur de ne pas avoir la confiance du relayeur
  • Un échec de la reprise

L’égo est au cœur du syndrome du repreneur

En plus des éléments clés mentionnés précédemment, il est important de souligner que l’égo joue également un rôle important dans le syndrome du repreneur. Un repreneur dont l’ÉGO se manifeste peut avoir des difficultés à:

  • Reconnaître ses propres limites: Il peut se croire capable de tout faire et de tout savoir, ce qui peut le mener à prendre des décisions risquées ou à négliger l’avis des autres.
  • Accepter les critiques: Il peut être hypersensible aux critiques et avoir du mal à remettre en question ses propres idées. Cela peut nuire à sa capacité à apprendre et à s’adapter.
  • Déléguer des tâches: Il peut avoir tendance à vouloir tout contrôler, ce qui peut le surcharger de travail et l’empêcher de se concentrer sur les tâches les plus importantes.
  • Travailler en équipe: Il peut avoir du mal à collaborer avec les autres et à partager le pouvoir. Cela peut créer un climat de travail tendu et nuire à la cohésion de l’équipe.

Comment surmonter le syndrome du repreneur?

Pour éviter les pièges du syndrome du repreneur, il est important de prendre conscience des risques et de mettre en place des stratégies pour les minimiser. 

Voici quelques conseils:

  • Réaliser une analyse approfondie de l’entreprise: Il est essentiel de prendre le temps de comprendre l’historique, la situation financière, le marché et la culture de l’entreprise avant de se lancer dans la reprise. Cela permettra au repreneur de se faire une idée réaliste des défis et des opportunités qui l’attendent.
  • Communiquer ouvertement et honnêtement avec les cédants/Relayeurs: Il est important d’établir une relation de confiance avec les cédants dès le départ. Le repreneur doit être ouvert à leurs conseils et à leur expertise, et doit les impliquer dans le processus de transition autant que possible.
  • Gérer le changement de manière graduelle: Il ne faut pas brusquer les changements au sein de l’entreprise. Le repreneur doit prendre le temps de comprendre les habitudes et les processus existants avant de proposer des modifications. Il est important de communiquer clairement les changements envisagés et de s’assurer que les employés y adhèrent.
  • S’appuyer sur un réseau de soutien: Il est important de s’entourer de mentors, de conseillers et d’autres repreneurs d’entreprise qui peuvent offrir des conseils, soutien tout au long du processus et vous aider à avancer en équipe d’affaires pour assurer la continuité.
  • Faire preuve d’humilité: Le repreneur doit reconnaître qu’il n’a pas toutes les réponses et qu’il peut apprendre des autres.
  • Faire preuve d’empathie: Le repreneur doit être capable de se mettre à la place des autres et de comprendre leurs points de vue.
  • Gérer ses émotions: Le repreneur doit apprendre à gérer ses émotions et à ne pas laisser ses sentiments influencer ses décisions.
  • Départager les différents chapeaux. L’importance de l’accompagnement car c’est le même humain sous chacun de ces différents chapeaux Dans un contexte familiale: Cesser de vous appeler relève, relayeur, enfant, fiston fils, fille, papa, maman, etc et les remplacer par vos prénoms respectifs dans le contexte de gestion des affaires notamment lors de votre comité continuité ou votre CA
  • Création d’un comité continuité:  Le comité mettra en lumière les enjeux relationnels et les défis de communication pour vous seconder à avancer en synergie, en harmonie dans votre processus de transfert. 

En suivant ces conseils, les repreneurs peuvent minimiser les risques liés au syndrome du repreneur et augmenter leurs chances de succès. Il est important de se rappeler que le processus de transfert d’une entreprise est un marathon, pas un sprint. Il faut être patient, persévérant et disposé à apprendre et à s’adapter en cours de route.

 

Les outils de Transfert 360MC sont admissibles à une subvention en relève d’entreprise.